Loire Vallée Magazine 15/11/2016

Délices de vignes…  Soif d’apprendre!

Le Clos des Capucins à Chinon

capucins-18-2

Texte: Catherine Taralon

Photos: Marc Broussard

Hymne au bonheur, un savoir-faire local ou comment l’éducation et l’art de vivre peuvent provoquer une passion!… Mais sans ténacité, on n’obtient rien… Rencontre avec une femme d’exception: Fiona Beeston.  L’arrivée sur Chinon ça se vit et ne se raconte pas. L’émotion, la poésie s’associent à une folle envie de savourer les gourmandises si chères à Rabelais. Oui, tout ceci bouillonne dans la tête dès que l’on distingue sur la gauche la Forteresse Royale et à ses pieds,  la Vienne. C’est exactement cela que l’on découvre en arrivant sur place. Inouï! Ce lieu est bénit des Dieux. Quand on apprend que les moines du Couvent des Capucins s’y sont installés au début du XVII e siècle,  on se dit qu’ils avaient le don, le flair pour saisir les bons endroits.  A ce jour il ne reste que les caves d’élevage dans le coteau en pierre de tuffeau et des vignes en terrasses… lire la suite…

Publicités

La photographie argentique n’est pas morte…

 

0037_35a
Leica M6 35mm f2,8 à 1/500

Il y a de cela presque un mois, j’ai ressorti mon Leica M6 qui dormait dans un tiroir depuis plusieurs années et j’ai acheter quelques films négatifs Portra 400. J’ai aussi ressorti ma cellule à main car la cellule incorporées du Leica n’est pas assez précise. Plus d’autofocus, plus de visualisation immédiate du résultat. J’ai repris mes anciennes habitudes.

Pour les films négatifs 400 ISO, je règle ma cellule sur 200 ISO afin  d’opérer une surexposition systématique et je mesure la lumière en lumière insidente, pour les ombres. C’est à dire que je me met à l’ombre ou, si ce n’est pas possible, je couvre la cellule avec l’ombre de ma main. Ce qui a pour conséquence de surexposer le film d’environ 1 à 4 diaphs.

Ensuite je porte mes films au labo pour traitement  et je demande un scan du film sur « Frontier ». Malheureusement j’ai oublier pour l’exemple ci-dessus de  demander au labo de ne pas corriger  les surexpositions. Il faut savoir que les scans sont règlés pour faire plaisir aux clients et ils corrigent automatiquement, même pour des scans bruts, les sur et sous exposition afin de donner une image lambda et acceptable pour tous.

Le résultat n’est donc pas celui que j’espèrai. Je vais  envoyé deux autres films au labo ( j’ai changé de fournisseur) cette semaine en insistant bien pour qu’ils ne corrigent rien… car même si je fais des erreurs je veux les voir… pour arriver au résultat que je me suis donné. A suivre…

 

 

Loire Vallée Magazine Octobre 2016

pluie-dor

Lisbonne vaut de l’or!

Une capitale aux allures provinciales. Tout est en devenir! Artisanat au top, musées en explosion, bistrots partout et le merveilleux fleuve, le Tage, qui ne vous quitte presque jamais où que vous soyez. Une destination pour quelques jours off… Pas de décalage horaire, un départ de l’aéroport de Tours via Porto… bien caler son voyage pour happer un avion Porto/Lisbonne. A peine décollé on est arrivé. Total : 4 heures tout compris pour tout oublier et s’évader! Pas mal non ?… lire la suite

Là où nous vivons

loire-1-6

J’expose actuellement au Château de Tours une série de photographies … « C’est un travail sur les changements irréversibles qui se produisent lentement sous nos yeux, transformant les paysages, particulièrement aux abords de la Loire. Le Monde que nous connaissons, « Là où nous vivons » est peu à peu remplacé par un autre dont nous ne pouvons percevoir que les contours, les prémisses. L’urbain a gagné la bataille. Sous nos yeux peu à peu il a rempli l’espace, imposant même à ce qu’il reste de nature un graphisme ordonné et civilisé, lignes droites et taches de couleurs dangereusement et réellement esthétiques. Nos champs ont déjà la beauté des déserts. »

du 27 octobre 2016 au 22 janvier 2017