De l’avenir de la Presse…

DSCF3556

Il est toujours détestable de devoir descendre de son piedestal. Après avoir vécu invité dans les plus beaux endroits du Monde, avoir été systématiquement surclassé sur pratiquement toutes les compagnies aériennes juste parce qu’on avait le label « Presse. Après avoir été le seul, protégeant ses films en cabine, à savoir comme par magie  qu’on avait les « bonnes photos »… il est évidement dur de retomber sur Terre. Parce que aujourd’hui nous ne sommes plus des magiciens… même plus des techniciens!  Rien ne sera plus comme avant. Penser une seule seconde que l’on retouvera un poste dans une rédaction tient de l’illusion…

Il nous reste le talent et le travail. C’est à dire qu’il faut admettre que tous doivent aujourd’hui avoir la force et le talent des pigistes… je sais de quoi je parle j’ai été pigiste pendant 25 ans… En clair il faut  savoir proposer aux éditeurs de presse ce qu’ils cherchent. De bonnes histoires bien ficelées et complétes. Ah! Mais me direz-vous : On peut se faire voler son idée! Et puis on n’a pas de sécurité! Oui, exactement comme les pigistes que vous reveviez en bout de table du temps de votre grandeur.  Alors, vous ne compreniez pas que ces pigistes sans sécurité étaient travailleurs, talentueux, épris de liberté … on pouvait nous voler une idée… qu’importe, on en avait cent!

Publicités

Abbaye de Fontevraud

DSCF4910-2

Il y a bien longtemps que je n’ai pas écrit de post sur ce blog… trop de bon travail à faire. Il ne faut pas se plaindre lorsque l’on fait de sa passion son métier… et depuis si longtemps!  Maintenant que Loire Vallée Magazine est bien lancé, je peux espérer être plus assidu.

Ceci étant écrit, nous devions  réaliser une reportage sur  la célèbre Abbaye de Fontevraud et j’avoue que l’idée me dérangeait car ce lieu à été photographié mille et mille fois depuis son ouverture. Dans ces cas là, j’évite de regarder ce que les autres ont fait, quitte à prendre le risque de  refaire exactement la même chose. C’est assez bizarre le comportement « moutonnier » des photographes. Ils arrivent quelque part et se massent pratiquement en même endroit, souvent le meilleur endroit d’ailleurs.  Et c’est bien le problème… Il y a une lumière particulière dans les monastère et les abbayes. Il faut en déceler le charme. La pierre est aussi un élément important,crayeux. Ma décision était de ne pas tomber dans le clair obscur, de donner une respiration, un éclat moderne au vénérable lieu… le résultat est ici…

http://www.loiremag.com/Journal/Culture/page-17/

Côté matériel, Fuji xpro 2 et un Fuji35mm f 1.4 … rien d’autre…

 

Mon tout nouveau Rolleicord

002

Il y a à peine un mois j’ai fait l’acquisition d’un magnifique Rolleicord qui est dans un bon état incroyable … vu son âge. Je crois qu’il trainait en fait dans les  stocks Rollei… et voilà. J’avais vraiment envie de retrouver  les sensations du moyen format. Cela faisait déjà longtemps que j’avais vendu mon Hasselblad … et que je n’avais plus les moyens d’un acheter un à nouveau. Rolleiflex est cher si l’on veut un appareil en bon état… le Rolleicord est à mon sens un excellent compromis. La seule différence notable étant l’absence  de coordination entre l’avancement du film et l’armement de l’obturateur… deux actions au lieu d’une!… Mais j’ai tout mon temps.  Pour cette photo j’ai utilisé un film Tri x  exposé à 200 ASA et développé à plus un. Pourquoi ? Parce que ça donne du punch aux images… à  suivre….

Là où nous vivons…

DSCF7495

Si l’on pouvait instantanement se rendre compte, à tous moments, du miracle de nos vies… de toutes les vies, on aurait un regard plus positif, presque sacré, sur les lieux, les gens que nous croisons. Certains n’ont pas conscience du formidable miracle d’être en vie… Au milieu de l’Univers. Parce que le milieu de l’Univers c’est « moi » pour chacun de nous. Et avec raison. C’est la mésange sauvée des griffes de mon chat à l’instant où je photographiais notre vieille caravane échouée dans le champs avec le Rolleicord que je me suis acheté il y a seulement deux jours…

DSCF6232

… Là où nous vivons, est une tentative poétique d’affirmer l’instant présent, le lieu comme une masse d’informations que j’ai souvent bien du mal à décripter. C’est devenue pour moi une nécessité. J’aime sentir l’âme des choses, des lieux et des gens… Après la première série de paysages  que j’ai eu la chance d’exposer au Château de Tours, je veux continuer ce travail. Nous vivons en premier lieu sur une planète, la Terre, sur un continent, dans un pays, au creux d’un paysage, rural ou urbain et c’est ce tout qui fait « Là où nous vivons ». Nous ne pouvons pas avoir conscience de notre lieu de vie sans  comprendre qu’il fait partie d’une tout. Et nous ne pouvons avoir pleinement conscience du miracle de notre propre vie sans comprendre que chaque être, au sens large, possède cette même conscience. Le but de l’Univers c’est la conscience. Conscience: « Relation intériorisée immédiate ou médiate qu’un être est capable d’établir avec le monde où il vit, avec les autres êtres ou avec lui-même »…

Une idée de balade…

Loire 2 pan

Une « idée de balade et de découverte » dans le registre Art de Vivre en Région.Après le Château de Tours, l’exposition «  Là ou nous vivons »  s’invite en pays de Chambord.

« C’est un travail sur les changements irréversibles qui se produisent sous nos yeux, transformant les paysages, particulièrement aux abords de la Loire »… Avec une approche et un regard affutés, le photographe Marc Broussard présente un aperçu de son travail personnel à la Cave des Vignerons de Mont-Prés-Chambord.

Le lieu: Bien plus qu’une Coopérative Agricole, un bâtiment d’architecture 1930 abrite des petits et grands trésors issus du savoir-faire des vignerons de Mont-près-Chambord. 

Exposition du 1er au 29 avril 2017

Texte: Catherine Taralon- Photos: Marc Broussard

route-1-6

dscf3806

loire-1-6

Possonière 1-6

chaumont 1

C’est le but…

Penser, photographier, intérioriser quelque chose qui devient rare et qui se résume en quelques mots : « Recherche de sensibilité, tendresse, beauté, poésie, admiration, vérité »… La question demeure: Qu’est-ce qui fait naître le bonheur intérieur  au contact visuel d’un paysage, d’un être… ? On ne photographie pas seulement avec les yeux, ni même avec le coeur mais en complicité. Et c’est difficile! Il faut  faire l’impasse  sur la notion de compétition qui est  si horriblement omniprésente dans notre profession. Rares sont les photographes qui partagent gratuitement leur expérience, leur approche, leur petits trucs… Dans un deuxième temps s’amuser… Ne pas se prendre au sérieux. Être heureux… parce que c’est le but en fait… Non?

DSCF6232

Le Monde magique de la plume!

DSCF6519pan2

Légères, fascinantes et terriblement attirantes, ces sculptures à plumes signées d’une artiste vraiment pas comme les autres. Caroline de Sade a tissé une histoire d’amour avec des plumes. Elle signe ses créations comme d’autres créent des collections, soit deux fois par an, deux séries s’il vous plaît et après on passe à autre chose… lire la suite

DSCF6500

DSCF6540

DSCF6555

Escapade printanière entre vignobles et petites biquettes.

Du côté du Berry, région si chère à George Sand et à Chopin, on craque pour le petit crottin accompagné d’un ballon de Sancerre s’il vous plaît ! Ils sont indissociables ! Jamais l’un sans l’autre. On nous les envie. On les partage. On en parle. On les aime. Le crottin de Chavignol… lire la suite sur http://www.loiremag.comsanc00060-3