Mon tout nouveau Rolleicord

002

Il y a à peine un mois j’ai fait l’acquisition d’un magnifique Rolleicord qui est dans un bon état incroyable … vu son âge. Je crois qu’il trainait en fait dans les  stocks Rollei… et voilà. J’avais vraiment envie de retrouver  les sensations du moyen format. Cela faisait déjà longtemps que j’avais vendu mon Hasselblad … et que je n’avais plus les moyens d’un acheter un à nouveau. Rolleiflex est cher si l’on veut un appareil en bon état… le Rolleicord est à mon sens un excellent compromis. La seule différence notable étant l’absence  de coordination entre l’avancement du film et l’armement de l’obturateur… deux actions au lieu d’une!… Mais j’ai tout mon temps.  Pour cette photo j’ai utilisé un film Tri x  exposé à 200 ASA et développé à plus un. Pourquoi ? Parce que ça donne du punch aux images… à  suivre….

Une idée de balade…

Loire 2 pan

Une « idée de balade et de découverte » dans le registre Art de Vivre en Région.Après le Château de Tours, l’exposition «  Là ou nous vivons »  s’invite en pays de Chambord.

« C’est un travail sur les changements irréversibles qui se produisent sous nos yeux, transformant les paysages, particulièrement aux abords de la Loire »… Avec une approche et un regard affutés, le photographe Marc Broussard présente un aperçu de son travail personnel à la Cave des Vignerons de Mont-Prés-Chambord.

Le lieu: Bien plus qu’une Coopérative Agricole, un bâtiment d’architecture 1930 abrite des petits et grands trésors issus du savoir-faire des vignerons de Mont-près-Chambord. 

Exposition du 1er au 29 avril 2017

Texte: Catherine Taralon- Photos: Marc Broussard

route-1-6

dscf3806

loire-1-6

Possonière 1-6

chaumont 1

C’est le but…

Penser, photographier, intérioriser quelque chose qui devient rare et qui se résume en quelques mots : « Recherche de sensibilité, tendresse, beauté, poésie, admiration, vérité »… La question demeure: Qu’est-ce qui fait naître le bonheur intérieur  au contact visuel d’un paysage, d’un être… ? On ne photographie pas seulement avec les yeux, ni même avec le coeur mais en complicité. Et c’est difficile! Il faut  faire l’impasse  sur la notion de compétition qui est  si horriblement omniprésente dans notre profession. Rares sont les photographes qui partagent gratuitement leur expérience, leur approche, leur petits trucs… Dans un deuxième temps s’amuser… Ne pas se prendre au sérieux. Être heureux… parce que c’est le but en fait… Non?

DSCF6232

Escapade printanière entre vignobles et petites biquettes.

Du côté du Berry, région si chère à George Sand et à Chopin, on craque pour le petit crottin accompagné d’un ballon de Sancerre s’il vous plaît ! Ils sont indissociables ! Jamais l’un sans l’autre. On nous les envie. On les partage. On en parle. On les aime. Le crottin de Chavignol… lire la suite sur http://www.loiremag.comsanc00060-3

Loire Vallée Magazine 25 janvier 2017

dscf5199-2

Mis’en scène 40

37520 Tours

Deux tourangeaux qui ont à cœur d’allier éthique et esthétique. Qui à dit que les objets n’avaient pas d’âme? Nous avons rencontré des passionnés du beau… Et ils en connaissent un rayon. Depuis 40 ans ils vivent animés par la même passion: la décoration… lire la suite sur www.loiremag.com

 

Loire Vallée Magazine Octobre 2016

pluie-dor

Lisbonne vaut de l’or!

Une capitale aux allures provinciales. Tout est en devenir! Artisanat au top, musées en explosion, bistrots partout et le merveilleux fleuve, le Tage, qui ne vous quitte presque jamais où que vous soyez. Une destination pour quelques jours off… Pas de décalage horaire, un départ de l’aéroport de Tours via Porto… bien caler son voyage pour happer un avion Porto/Lisbonne. A peine décollé on est arrivé. Total : 4 heures tout compris pour tout oublier et s’évader! Pas mal non ?… lire la suite

Là où nous vivons

loire-1-6

J’expose actuellement au Château de Tours une série de photographies … « C’est un travail sur les changements irréversibles qui se produisent lentement sous nos yeux, transformant les paysages, particulièrement aux abords de la Loire. Le Monde que nous connaissons, « Là où nous vivons » est peu à peu remplacé par un autre dont nous ne pouvons percevoir que les contours, les prémisses. L’urbain a gagné la bataille. Sous nos yeux peu à peu il a rempli l’espace, imposant même à ce qu’il reste de nature un graphisme ordonné et civilisé, lignes droites et taches de couleurs dangereusement et réellement esthétiques. Nos champs ont déjà la beauté des déserts. »

du 27 octobre 2016 au 22 janvier 2017